Banniere-Interieure-Poids efficium genève
Vous êtes ici :

Troubles du Comportement Alimentaire

Qu’est-ce qu’un trouble du comportement alimentaire ?

Comme son nom l’indique, un trouble du comportement alimentaire est un trouble lié à un comportement inadapté vis-à-vis de la nourriture.
Il existe des formes typiques comme l’anorexie mentale ou la boulimie et d’autres formes, dites atypiques, comme les compulsions alimentaires, le grignotage pathologique, la néophobie alimentaire (peur des nouveaux aliments), l’orthorexie (obsession d’une alimentation diététique) ou la rumination (faire remonter des aliments dans sa bouche pour les avaler à nouveau).

Les compulsions alimentaires

Une compulsion alimentaire est une envie de manger, subite et incontrôlable que l’on souhaite satisfaire immédiatement sans faim réelle.
La quantité d’aliments ingurgités peut alors être très importante et a lieu dans un laps de temps très court.
C’est un trouble obsessionnel centré sur la nourriture.
Il ne faut pas confondre les compulsions alimentaires avec le grignotage qui est une prise plus ou moins régulière d’aliments, en petite quantité, en dehors des repas (c’est-à-dire en dehors du Petit-déjeuner, Déjeuner, Goûter, Diner).
Dans les deux cas, ce sont des troubles du comportement alimentaire (TCA) tout comme le sont l’anorexie et la boulimie.

L’anorexie mentale

Elle part le plus souvent d’une peur intense de grossir et d’une obsession pour la maigreur. La vision de son propre corps est totalement déformée.
Le plus souvent, la personne anorexique est une personne très ancrée dans le contrôle.
Pour atteindre son objectif de maigreur, elle va très souvent augmenter à outrance son activité physique, boire trop d’eau, utiliser des laxatifs et des diurétiques.
Pour tromper la vigilance de leur entourage, les anorexiques utilisent différentes techniques de diversion.
Des crises boulimiques peuvent parfois entrecouper les périodes de restriction.
La dénutrition ou le suicide sont des issues défavorables très fréquentes.

La boulimie

Comme pour l’anorexie, la peur de grossir et la volonté de perdre du poids sont à l’origine du trouble.
La boulimie se caractérise par des périodes de restriction alimentaire (parfois typiques de l’anorexie) suivies de crises compulsives hyperphagiques.
De manière spontanée ou provoquée, la crise se solde par un vomissement.
La culpabilité ressentie en cas de crise est très intense et la personne boulimique veille absolument à être discrète.

La prise en charge des troubles du comportement alimentaire

Les traitements traditionnels sont souvent d’ordre psychologique et comportemental uniquement.
Mais une approche plus globale de la personne en travaillant sur plusieurs axes simultanément est indispensable:

  • recherche des causes physiologiques et neurobiologiques potentielles.

Différents facteurs physiologiques favorisent les compulsions et les rendent difficilement contrôlables malgré tous les efforts de volonté du patient. Par exemple, il est important de diagnostiquer un déficit potentiel en certains neurotransmetteurs responsables comme la sérotonine ou la dopamine.
La sérotonine est particulièrement intéressante car elle agit comme un grand frein aux pulsions et compulsions. De plus, les personnes souffrant de troubles alimentaires présentent très souvent un taux de cortisol élevé (hormone du stress).

  • recherche des facteurs favorisants

Une anamnèse détaillée est pratiquée sur les habitudes et les conduites alimentaires, les régimes entrepris, le syndrome entéropsychologique (lien intestin-cerveau), les facteurs émotionnels et psychologiques, la cohérence cardiaque

  • rééquilibrage nutritionnel et neuronutrition
  • travail sur le comportement, approche TCC (thérapie cognitivo-comportementale)

La TCC, par opposition à la psychanalyse, est une thérapie active : on est dans l’action, pas dans la réflexion. On explique, on propose une action et on analyse avec le patient les résultats.

  • recherche et travail sur les causes émotionnelles qui déclenchent le comportement, approche par l’hypnose thérapeutique Ericksonienne

L’hypnose permet de travailler sur les comportements inconscients, ce qui est particulièrement efficace dans les problèmes de trouble alimentaire ou de surpoids car ce sont des comportements (ou des résultats de comportements) involontaires.
C’est donc vers l’esprit inconscient, là où trouvent leur source les fonctionnements automatiques, qu’il faudra se tourner.
Il faut savoir qu’il est très difficile pour notre cerveau d’oublier un comportement lié à une récompense. Il mémorise très fortement le « chemin » ou comportement qui amène à la récompense et va tenter de le reproduire le plus souvent possible. Par exemple, si vous avez toujours pris le chemin de la compensation par la nourriture quand vous ressentiez un vide intérieur, votre cerveau ne va pas vous encourager à changer car votre comportement est lié à une récompense, c’est aussi difficile que de nager à contre-courant.
L’hypnose Ericksonienne va alors rééduquer les mécanismes du cerveau. On pourra également utiliser une méthode dérivée alliant l’anneau gastrique virtuel.

  • Relaxation consciente, approche sophrologique
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0